Avenir du stade Bauer : la réponse du Collectif à l’interview du Président Haddad, dans le journal municipal

Dans son édition du 6 juin dernier, le journal de Saint Ouen accordait une interview au Président du Red Star, Patrice Haddad.

Le Président Haddad, tout en faisant croire qu’il serait ouvert tant à une rénovation du stade Bauer qu’ à un nouveau stade aux Docks, laisse en réalité apparaître sa volonté de quitter Bauer, pour les Docks.

On ne peut que souligner, à la lecture de cette interview, l’hypocrisie du Président Haddad qui, dans cette publication destinée aux Audoniens, n’assume pas franchement sa position sur le sujet, alors qu’il avait clairement tiré un trait sur Bauer lors d’une conférence, en décembre 2012, devant un parterre d’entrepreneurs et de journalistes.

Outre ce double discours inacceptable, le Président Haddad n’hésite pas, dans cette interview, à utiliser des arguments totalement fallacieux.

Informé de la tenue d’un Bureau municipal sur le thème du stade Bauer, devant se réunir le 17 juin, le Collectif Red Star Bauer a tenu à répondre, de manière argumentée, à l’interview du Président Haddad, par le courrier suivant, adressé aux membres du Bureau municipal de Saint Ouen.

Pour consulter la version PDF de ce courrier

Madame la Maire,
Mesdames, Messieurs les membres du Bureau municipal,

Nous avons été informés de ce qu’un Bureau municipal se tiendrait le 17 juin et dont l’objet serait de tirer la synthèse de vos rencontres avec notre association puis avec la direction du Red Star.

Nous souhaiterions, si cela vous semble opportun, que le présent courrier puisse être lu ou, au moins, évoqué lors de ce Bureau.

Dans une interview publiée dans la dernière édition du Journal de Saint Ouen, il apparaît que l’argumentation du président du Red Star, Patrice HADDAD, pour tenter de justifier un départ du stade Bauer, repose sur deux éléments.

Premièrement, et sans grande originalité, le Président HADDAD avance, de nouveau, l’idée qui n’a jamais été démontrée selon laquelle « l’espace du stade Bauer est trop restreint, les contraintes trop nombreuses ».

Or, comme vous le savez, notre association défend, depuis maintenant plus d’un an, un projet de réaménagement du quartier Bauer-Michelet-Rosiers dont il résulte qu’il permettrait, si les besoins s’en faisaient un jour ressentir, un agrandissement du stade Bauer à une capacité maximale que nous estimons comprise dans une fourchette de 16 000 à 20 000 places.

Deuxièmement, et de manière plus étonnante, le Président HADDAD affirme, en parlant du stade Bauer, « c’est un stade municipal et son projet de rénovation ne pourrait être que public. Le choix doit d’abord se faire à ce niveau : la mairie peut-elle porter une rénovation sur des fonds publics ? Si ce n’est pas le cas, le club réfléchit à trouver une alternative … ».

Or, il est bien évident que la circonstance que le stade appartienne à la Ville de Saint Ouen n’implique aucunement que des travaux de rénovation soient nécessairement financés par des fonds publics. Les montages contractuels sont divers permettant des investissements privés sur une propriété publique.

A contrario, un projet présenté comme 100 % privé peut, au final, conduire à l’engagement de fonds publics et/ou de garanties d’emprunts publiques, comme le révèle le projet de grand stade porté par l’Olympique Lyonnais.

Nous vous joignons, à cet égard, un courrier récemment adressé par M. Etienne TÊTE, ancien adjoint au Maire de Lyon, à la banque OSEO dont l’Olympique Lyonnais a sollicité le soutien financier.

Dans ce courrier, il est rappelé que :

« Le 14 juin 2005, le président du club sportif, Jean Michel AULAS, déclare (La Tribune.fr) : « Le projet de la collectivité consiste à agrandir le stade de Gerland pour passer à 55.000 places. Mais payer 70 ou 80 millions d’euros pour 15.000 places et résoudre la moitié de nos ambitions, c’est cher et pas satisfaisant. Je suis toujours pour un stade de 65.000 places, moderne et digne d’une métropole européenne. L’investissement nécessite 250 millions d’euros environ, on a les investisseurs, ça ne coûtera rien à la ville ».

Huit ans après, le stade n’est pas construit, il coûterait 400 millions d’euros auxquels il faut ajouter 200 à 400 millions d’euros d’argent public pour l’aménagement des accès, l’acquisition des rames de tramway… Le stade ne fait plus que 58 000 places, 3000 places de plus que la rénovation de Gerland. OL Groupe accumule les déficits. Les spectateurs sont de moins en moins nombreux. Le bouclage financier n’est toujours pas acquis. Le mythe du financement privé s’est effondré par l’intervention du Conseil Général, voire de la caisse des dépôts et consignations. C’est dire toute la prudence qu’il faut avoir avec les déclarations du Président de l’Olympique Lyonnais. »

Les propos du Président AULAS, en 2005, font échos à ceux du Président HADDAD, aujourd’hui.

On y retrouve, ainsi, une rénovation de l’existant balayée d’un revers de main, car jugée insuffisamment ambitieuse, sans que le lien entre l’ambition du club et la capacité d’accueil de son futur stade ne soit préalablement étudié. On y retrouve, également, la séduisante promesse d’un équipement financé par des fonds uniquement privés.

A Lyon, « le mythe du financement privé s’est effondré » et la capacité d’accueil du nouveau stade ne sera guère beaucoup plus élevée que celle du stade Gerland, si celui-ci avait été agrandi.

Or, sur le plan du rapport entre la taille du stade et la surface financière du club, un projet de stade de 20 000 ou 25 000 places, pour le Red Star, n’est-il pas autant, voire plus démesuré qu’un projet de stade de 65 000 places, pour l’OL Groupe, alors au mieux de sa santé financière et sportive, en 2005 ?

Nous ne pouvons donc que contester le raisonnement du Président HADDAD, lorsqu’il affirme que la première question à se poser est de devoir choisir entre une rénovation par financements publics ou un nouveau stade par financements privés.

Nous pensons, au contraire, que la première question à se poser est celle du dimensionnement adéquat du stade. Rappelons, en effet, que le Red Star a, cette saison, réuni autour 1 000 spectateurs en moyenne par match, avec un maximum de 2 550 spectateurs pour le dernier match, dont l’entrée était gratuite, dans un stade de 7 000 places potentielles.

Dans ce contexte, et en partageant pleinement l’ambition sportive du Président HADDAD, nous estimons que le stade Bauer offre une réserve de places permettant, en cas de hausse importante de l’affluence moyenne, de projeter un agrandissement, par tranches successives.

Si nous nous permettons d’insister sur la question de la capacité d’accueil du stade, c’est qu’il apparaît que cette question constitue la principale clef de la réussite financière d’un projet de stade, que l’origine des fonds soit publique, privée ou mixte.

Cette analyse n’est d’ailleurs pas contredite par un article, récemment publié dans la Tribune et intitulé « Les dieux des stades sont tombés sur la tête », qui souligne l’actuelle folie des grandeurs en matière de stades, très risquée s’agissant d’équipements dont les recettes sont directement liées aux résultats sportifs, par nature, incertains (et tant mieux !). Le cas du MMA Stadium du Mans FC est, à ce titre, des plus éloquents.

Il nous semble donc nécessaire de sortir du clivage caricatural que tente d’imposer la direction du club, en opposant un projet soit disant privé à un projet soit disant public. Tout aussi stérile serait d’opposer une vision ambitieuse sur le plan sportif à une vision prudente sur le plan financier, comme si les deux n’étaient pas compatibles.

Par conséquent, nous sollicitons, plus que jamais, de la Ville de Saint Ouen qu’elle diligente une étude permettant de vérifier la faisabilité du projet défendu par notre association et, le cas échéant, de connaître le coût d’un tel projet.

Le lancement d’une telle étude ne préjugerait en rien du choix que la Ville pourrait faire, par la suite, en faveur de l’un ou l’autre des projets. Cette étude ne permettrait qu’aux élus de décider en meilleure connaissance de causes.

Je vous prie, Madame la Maire, Mesdames, Messieurs, les membres du Bureau municipal, d’agréer l’expression de ma considération distinguée.

Pour le Collectif Red Star Bauer,

Le Président : Vincent CHUTET-MEZENCE

Publicités

2 réflexions au sujet de « Avenir du stade Bauer : la réponse du Collectif à l’interview du Président Haddad, dans le journal municipal »

  1. Ping : Avenir du stade Bauer : la Ville confirme le lancement d’une étude | Collectif Red Star Bauer

  2. Ping : Avenir du quartier du Stade Bauer : la Ville cherche un bureau d’étude | Collectif Red Star Bauer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s