CR Paris FC 1-0 Red Star : Dominer n’est pas marquer

Cette semaine c’est Clément qu’on remercie car il s’est essayé à l’écriture pour nous faire vivre son match. Pas facile de trouver l’inspiration suite à cette soirée entachée par les faits que l’on sait. Ce match laisse néanmoins entrevoir des victoires futures.

Cette année le Paris Fc, tellement attaché à son ancrage populaire, a décidé de s’exiler de la porte de Montreuil pour s’entraîner à Choisy et jouer dans le superbe stade d’athlétisme de Charléty… Pas de problème pour nous, on suit l’étoile rouge partout où elle bouge.

Un rendez vous avait été fixé pour qu’on se retrouve tous à Porte d’Italie. Les premiers arrivés sirotent tranquillement un petit apéro dans un square pour décompresser de la semaine de boulot ou d’école. C’était l’occasion de partager un moment entre nous tranquille sur une petite pelouse quand un groupe de « Supporters » du Paris FC arrive en faisant des saluts nazi et des quenelles.

Ils chargent le petit groupe audonien présent avec pétard, mortier, fumigène, et bâton en tout genre. Perso j’arrive sur place quelques minutes plus tard. Les camarades ont emmené les blessés à la pharmacie et les flics les encerclent. Ils ne les relâcheront que 23h plus tard… Certains s’étonneront, perso plus rien ne m’étonne de la part des flics, de leurs ordres préfectoraux et des décisions des procureurs. Quand on comprend qu’on ne pourra pas partir avec nos amis au match et pour ne pas laisser isoler ceux qui nous attendent devant le stade, on décide de rejoindre Charlety.
Vient alors la fouille.
Le stadier me confisque ma petite pompe à vélo car il l’a prend pour une matraque téléscopique…la on comprend que ce club n’a décidément rien compris à la vie. On ne s’étonnera donc pas de lire les déclarations de leur président qui compare des groupes d’extrême droite avec des groupes d’extrême gauche. Nous, à Bauer, on fait la différence entre la bourgeoisie et les classes populaires. On fait la différence entre les idées de dominations, de racismes et celles que notre tribune porte : solidarité, partage entre les âges, les sexes, les « races ».

20h30
On est finalement 250 en tribunes pour le red star avec une grosse boule au ventre pour nos trentes potes qui sont en garde à vue. On pousse en tribune, ça pousse sur le pré. L’équipe est bien en place. Elle a hissé son niveau de jeu comme on dit dans la presse footballistique de merde. Nous on dira qu’elle a pris les choses par le bon bout dans ce match au sommet.
La défense est solide. Le Paris fc ne sortira d’ailleurs que très peu du bois. C’est à peine si on se souvient d’une occasion pour eux en 1ère mi temps. Kanté ratisse les ballons. Le grand gaillard confirme ses dernières prestations et ses récupérations sont aussi performantes que ses relances : propre. Makhedjouf distille (et enivre l’adversaire). Gauche, droite, intérieur, extérieur…certains milieux adverses ont le tourni. Beziouen et Sliti cavalent sur les ailes. Disponibles sur les côtés, les deux trublions savent piquer dans l’axe en perforant la défense. Mc hammeur « you can’t touch this » ball et Lefaix se démènent avec la grosse charnière du Paris FC.
La première mi temps du Red est de grande qualité. Le Red Star s’est procuré pas moins de 4 occasions nettes de but. Mais la domination est stérile grace à un Demarconnay (pas les gars) des grands soirs. Ca pousse ça pousse encore. Lefaix, Bouazza, Fournier, Beziouen (dont on rappellera aux adversaires que ces tibias ne sont pas des paillassons), Sliti tenteront tour à tour de battre le gardien parisien… Mais le score à la mi-temps restera nul et vierge. Les commentaires sont unanimes à la pause, on se dit entre nous que ça va finir par payer. Quelques oiseaux de mauvais augures diront que ne pas marquer avec autant d’occasions et une domination si nette… Quelques nouvelles des potes toujours au commissariat tombent : plutôt mauvaises.

La seconde mi-temps commence sur un rythme un peu moins élevé. Les occasions pour le Red qui joue avec un joli maillot vert sont un peu moins tranchantes. A la 63ème on assistera à une des rares incursions des parigots dans notre camp et au joli plongeon de Gamiette. L’arbitre, complètement à la rue pendant tout le match, siffle penalty… Il est là le hold up. Malgré un joli plongeon de Planté, le ballon franchit la ligne.

Revenons à l’arbitre, celui qui peut à lui seul faire qu’un match cale ou dérape. Il a suivi son juge de touche sur des hors jeu pas du tout évident, il n’a pas sifflé le penalty sur Ielsch…et à pourri la fluidité du jeu avec des attentes interminables ! Robert fait entrer Bellion et Belvito, on pousse mais la quantité d’attaquant n’influence pas notre efficacité. Demarconnay nous gratifie toujours de belles interventions. Paris fc bétonne et à l’occasion de faire le break mais est stoppé cette fois par Da Cruz toujours aussi technique et costaud. Même à 10 contre 11 après un rouge pour le buteur Kinkela, notre attaque n’y arrive pas. Le temps passe et le temps additionnel conséquent ne remplacera pas le temps de jeu haché par l’arbitre.

On sort de ce match frustré, mais comme notre équipe on ne lâchera rien. On est fier de ce qu’ont montré nos joueurs… et on le sera encore plus si l’équipe maintien ce jeu et ce niveau d’engagement sur la saison. Il faut continuer sur cette lancée.
Ca va payer, c’est sur !
Comme l’équipe on continuera à aller de l’avant et à ne rien lâcher ! Rendez vous vendredi pour la réception de Boulogne !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s