CR Red Star 1-1 Marseille Cons. : on cale !

Un grand merci à Damien pour le compte rendu de cette soirée où la déception se mêlait à la frustration…Nous reviendrons dans un autre article sur l’après match et l’hommage à Léon Foenkinos.

Voila une soirée qui se présentait bien : 20 degrés, beaucoup de monde (une queue de 60 mètres au guichet à vingt heures, attention maintenant faut venir en avance !), un président qui assure dans un interview dans Le Parisien que ce qu’il l’intéresse c’est de jouer en Ligue 2 à Bauer (tout en esquivant des projets de rénovation du stade à moyen terme) et un adversaire du jour, Marseille Consolat, avant-dernier au coup d’envoi, qui semble à notre portée.
D’ailleurs ça fait plaisir de jouer contre une équipe qui prouve qu’on n’est pas condamné en France à un seul club par ville et qu’il reste un peu de place pour les clubs de quartier et de banlieue. En plus c’est marrant de voir des marseillais jouer en vert.

Place au terrain, quelques changements dans notre onze de départ, notamment Da Cruz titulaire à la place de Kanté, suspendu. Seidou pour sa première en arrière gauche à la place de Ielsch, également suspendu, qui fera un match correct même si il est un peu dépassé sur le but qu’on encaisse.
On domine les vingt premières minutes sans avoir non plus de grosses occasions et on sent qu’en face ils vont attendre et jouer le contre. La tribune Rino Della Negra est bien remplie et bien en forme en ce début de match, les chants et les pogos s’enchaînent à un gros rythme, faut suivre !

Sur leur première incursion dans notre camp à la 25ème, les marseillais enchaînent trois-quatre jolies passes, une frappe déviée et mettent un but sur leur première frappe. 100 % de réussite comme on dit, mais bon c’est ça aussi qu’on aime dans le foot, des déroulements imprévus et il reste encore plus d’une heure alors on s’inquiète pas trop et on continue à chanter.
On se crée quelques belles actions, Sliti est toujours aussi remuant mais il se fait systématiquement sécher par les marseillais sous l’oeil très indulgent de l’arbitre. Décidément qu’est-ce qu’on ferait pas pour un salaire ! Beziouen a une très belle occasion à la 32ème mais malheureusement il la rate, à l’image de son début de saison où il est présent dans le jeu sans être décisif dans le dernier geste, manque de confiance sans doute.

On arrive à la mi-temps mené 1 à 0 et cette saison l’équipe a décidé de s’en prendre à tous ceux de la tribune qui vont se désaltérer à la pause (c’est-à-dire la grande majorité) puisque ça fait deux matchs de suite qu’on marque juste à la reprise devant une tribune Rino Della Negra à moitié vide… C’est un peu dommage mais faut dire qu’on n’est pas très habitué de voir autant de buts à la 46 ou 47ème, va falloir s’adapter.
Bref, sur un corner de Sliti, Fournier met un beau coup de crâne et ramène les deux équipes à égalité. Reste une mi-temps pour les trois points, tout autre résultat serait décevant contre le 17ème à domicile.
Commence alors un match assez haché, sur un faux rythme, où on domine sans être très dangereux face à des marseillais assez faibles dans le jeu qui font tout pour tenir leur point : simulations, fautes, dégagements n’importe où… Cette ambiance crispante se retrouve un peu en tribune où les chants sont moins repris, plus courts et on se
retrouve trop étalé le long de la tribune alors qu’on serait sans doute plus efficaces regroupés, là aussi il faut qu’on s’adapte au nombre qu’on est !

Sur le terrain on finit par balancer pas mal devant vers Belvito le beau gosse avec ses chaussures jaunes fluos qui tente de dévier les ballons. Bouazza aura l’occasion du match à la 85ème mais rate le cadre à cinq mètres du but, c’est chaud… Au final on en reste là et c’est bien dommage parce que ce sont clairement deux points de perdu à Bauer face à un adversaire très limité. On a donné l’impression d’être mal à l’aise devant une équipe regroupée à 11 derrière mais cette situation risque de se reproduire souvent cette année à Bauer et encore plus si on continue à se promener dans les trois premières places.

Après le match, notre cher collectif Red Star Bauer, toujours au top faire des cadeaux, organise un pot d’après-match (encore un ! attention on va s’habituer…) et offre une plaque commémorative à la famille de l’ancien capitaine du Red Star en 1942-43 Léon Foenkinos, décédé récemment à 99 ans, qui a côtoyé Rino Della Negra et qui avait exprimé le souhait de fêter ses 100 ans au Stade Bauer. Une pensée pour toi Capitaine ! Une plaque identique en sa mémoire restera dans le local du collectif.

Voilà pour cette soirée, un peu décevante sportivement mais on en a vu d’autres, en espérant qu’on soit plus efficace dans une semaine à Bourg-Peronnas et aussi nombreux dans trois semaines pour recevoir le CA Bastia à Bauer !

Damien

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s