Pourquoi Patrice HADDAD doit quitter le Red Star : PARTIE 2

A l’aube d’une nouvelle saison, la première sous l’ère 777, il nous paraît indispensable, dès à présent, de rappeler et d’expliquer la position du Collectif Red Star Bauer et des Red Star Fans, regroupés sous l’entité Tribune Rino Della Negra, à savoir que :

PATRICE HADDAD DOIT QUITTER LE RED STAR

Les motifs de mécontentement à son égard sont si nombreux que nous les rappelons en 4 thématiques, qui font l’objet d’un article par jour.

Pour rappel, l’article publié hier : PARTIE 1 – Une vision contre le sens de l’Histoire concernant le Stade Bauer

Aujourd’hui, la suite de nos arguments.

PARTIE 2 – une communication et un merchandising outranciers

Dès les premiers temps de Patrice HADDAD à la tête du club, celui-ci a rapidement heurté un certain nombre de supporters en utilisant fréquemment la notion de « marque Red Star « , qu’il fallait valoriser et exploiter, presque comme un objectif en soi pour le Club.

Mais c’est surtout au cours des dernières saisons, qu’une logique de merchandising outrancier et une communication inappropriée sont venues parasiter l’image du Club.

Incarnation de cette dérive : le choix du président HADDAD de donner à David BELLION (ancien joueur égaré dans un univers pseudo-artistique étrange) un pouvoir décisionnaire sur de nombreux aspects touchant directement à l’identité du club.

Initialement qualifié de « Directeur artistique » et, encore aujourd’hui, de « Brand Manager« , David BELLION a fait du Red Star le jouet de ses délires artistiques. Pour lui donner les moyens d’incuber ses inspirations délirantes, Patrice HADDAD a même permis à David BELLION de créer un label (Supervision Office) au sein de sa société de production audiovisuelle, Première Heure.

Au-delà du cas BELLION, voici un rappel de certains des faux pas commis ces dernières saisons.

  • partenariat avec UBER, présenté comme une entreprise partageant les valeurs du Red Star, destiné à « construire un projet ambitieux sur le plan social » (voir le communiqué du Club !) ;
  • communication immature sur le Twitter du club en amont du match de coupe contre Lyon (2021), suivi d’une campagne d’affichage ubuesque dans les rues de Saint-Etienne, sur le thème  » Allez les verts » contre Lyon ; pour rappel cette campagne avait été confiée par Patrice HADDAD à l’agence de communication « Herezie » (ça ne s’invente pas !), agence qui selon le Monde avait été condamnée, peu avant, pour avoir licencié deux jeunes femmes qui dénonçaient les agissements de harcèlement moral et sexuel de la part d’un directeur de création ;
  • contenu des communications sur les réseaux sociaux du club essentiellement axé sur des délires extra-sportifs et au détriment du sportif, systématiquement accompagné de liens vers des entreprises « partenaires » ;
  • des expérimentations inacceptables sur la couleur du maillot, voire du logo, notamment avec un insensé patch à scratch amovible permettant aux acheteurs de recouvrir le blason du club par la lubie de leur choix (y compris par des logos d’autres clubs, comme illustré dans la vidéo promotionnelle, dans laquelle on pouvait entendre « au Red Star, il n’y a pas que le Red Star« ) ; vous trouverez plus bas un florilège non exhaustif de quelques-unes de ces extravagances ;
  • la politique tarifaire du maillot, inaccessible aux plus modestes, vendu à partir de 80 euros, pour un club végétant en National une quatrième saison d’affilée.

D’une manière générale, la politique merchandising traduit une stratégie destinée à racoler un nouveau public. Un public de consommateurs, à la recherche de hype, d’un lieu tendance pour vivre une expérience d’avant-soirée, de l’autre côté du périphérique. Cette stratégie vise clairement à la constitution d’un public plus réceptif aux démarches commerciales excentriques mises en œuvre, moins concerné par les enjeux sportifs et peu sensible aux atteintes faites à l’Histoire et à l’identité du club.

Cette démarche de la part de Patrice HADDAD n’empêche pas ce dernier d’utiliser, quand cela l’arrange et sans aucun complexe, la ferveur, les animations et les combats du kop du Red Star, à l’appui de la communication du club.

Tout ceci démontre l’hypocrisie quant aux prétendues valeurs du club défendues par Patrice HADDAD, lequel n’hésite pas à se construire une image artificielle de défenseur du football populaire et de la « singularité » (son dernier terme à la mode) du Red Star, se faisant ainsi le concepteur d’un véritable « football populaire washing ».

Face à cette duplicité, nous avons même été contraints de protéger la propriété intellectuelle des paroles de certains chants ou slogans du kop, que le Club envisageait d’utiliser dans le cadre de son merchandising saugrenu.

La communication et le merchandising outranciers, mis en œuvre par Patrice HADDAD, constituent le deuxième des motifs pour lesquels sa présence au Red Star doit prendre fin.

A suivre, demain : un troisième article poursuivant nos explications sur l’indispensable départ de Patrice HADDAD du Red Star.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s