Pourquoi Patrice HADDAD doit quitter le Red Star : PARTIE 3

A l’aube d’une nouvelle saison, la première sous l’ère 777, il nous paraît indispensable, dès à présent, de rappeler et d’expliquer la position du Collectif Red Star Bauer et des Red Star Fans, regroupés sous l’entité Tribune Rino Della Negra, à savoir que :

PATRICE HADDAD DOIT QUITTER LE RED STAR

Pour rappel, les deux articles déjà publiés ces derniers jours : PARTIE 1 – Une vision contre le sens de l’Histoire concernant le Stade Bauer et PARTIE 2 – une communication et un merchandising outranciers.

Aujourd’hui, la suite de nos arguments.

PARTIE 3 – un projet sportif relégué au second plan

Comme nous avons déjà eu l’occasion de le rappeler, le bilan sportif de Patrice HADDAD en tant que Président du Red Star, c’est factuellement : un Club repris en quatrième division et revendu, quatorze ans plus tard, en troisième division, végétant en milieu de tableau.

Comme sur les autres aspects structurants, la présidence HADDAD s’est caractérisée par une absence de véritable vision cohérente à moyen et long terme, malgré l’usage fréquent de la notion de « feuille de route », expression qui n’a, en réalité, jamais rien recouvert de concret.

Dans les faits, la présidence de Patrice HADDAD est marquée par 15 entraineurs en 14 ans, souvent dans des contextes de passages de témoin à l’emporte-pièce : CICCOLINI, GIGUET, M’BOMA, BANDINI, DOUKANTIE, FOURNIER, ROBERT, ALMEIDA, ROBIN, BROUARD, HADZIBEGIC, DOUKANTIE (bis), CAMINITI, BORDOT et BEYE.

Dans les faits, la présidence de Patrice HADDAD est également marquée par une instabilité au niveau des joueurs. Les intersaisons sont régulièrement marquées, à l’instar des entraineurs, par de nombreux changements de joueurs.

Dans les faits, la présidence HADDAD c’est également une absence de continuité dans l’encadrement sportif, notamment avec d’obscures cellules de recrutement, totalement inefficaces.

D’ailleurs, la dernière saison en Ligue 2 (2018-2019) est celle de toutes les catastrophes, outre une énième délocalisation : le recrutement de divas annoncées comme des sauveurs, tel que le dramatique Clément CHANTOME, quatre entraineurs en une seule saison et une absence totale de jeu nous mèneront directement en National.

Championnat National, dans lequel nous végétons depuis la saison 2019 – 2020 avec, chaque fois, un objectif de montée, annoncé en début de saison et non atteint, parfois en évoquant le COVID 19 comme motif d’échec.

Au niveau des équipes de jeunes, la progression n’est globalement pas non plus notable en quatorze ans et le Red Star n’est pas parvenu à devenir un poids lourd de la formation francilienne. Grâce aux collectivités publiques, un centre d’entrainement flambant neuf vient d’être livré, mais qui masque mal l’inconsistance du bilan en jeunes sous la présidence HADDAD.

Alors que le secteur sportif a toujours cruellement manqué de moyens, Patrice HADDAD a largement privilégié la constitution d’une équipe marketing/communication pléthorique et a même confié, deux saisons durant, un poste de Directrice du pôle professionnel à une ancienne productrice audiovisuelle, sans aucune expérience au plan sportif.

Symbole également de la volonté de privilégier l’extra-sportif au détriment du sportif, Patrice HADDAD a fait le choix, à deux reprises, de laisser être délocalisées des rencontres de Coupe de France (Marseille au stade de France et Saint-Étienne au stade Jean Bouin).

Plutôt que de se battre, afin d’essayer de recevoir ces matchs au Stade Bauer, où l’apport du public, l’atmosphère de Bauer, ainsi que sa configuration auraient permis de donner un léger avantage à nos joueurs, Patrice HADDAD a délibérément fait le choix, avec enthousiasme, de consentir à ce que ces rencontres se jouent devant une majorité de supporters acquis à la cause des équipes adverses, dans le seul but d’améliorer la médiatisation du Red Star.

Visiblement, il y a une réelle différence de conception du football entre nous, supporters qui attendons de la Direction qu’elle mette tous les éléments du côté de nos joueurs pour tenter de remporter le match, et Patrice HADDAD privilégiant systématiquement les potentielles retombées médiatiques et marketings de ces affiches, au détriment du sportif.

Ainsi, au coup de sifflet final du match contre Marseille au stade de France en 2012, le micro d’Eurosport est tendu à Patrice HADDAD qui nous offre alors peut-être la déclaration la plus étonnante de toute sa présidence. Il déclare, en effet, suite à une défaite 5-0 de ses joueurs : « C’était une belle fête, avec un bel état d’esprit. On a bien entraîné l’OM pour le prochain match. Le public a pris du plaisir ce soir ».

Au rayon des petites phrases, dont Patrice HADDAD a le secret, nous l’entendons régulièrement affirmer ces derniers temps que la dernière étape de sa présidence serait désormais « la brique sportive ».

Il est pour le moins inhabituel d’entendre un président de club admettre, au bout de 14 ans, que c’est seulement maintenant qu’il conviendrait de concevoir un projet sportif.

Pour notre part, nous sommes convaincus que l’absence de véritable vision sportive cohérente à moyen et long terme de la part de Patrice HADDAD doit le conduire à tirer toutes les conséquences de ce constat d’échec. Les briques sportives auraient dû être posées consciencieusement et intelligemment depuis déjà bien longtemps et il est temps d’en finir avec les éléments de langages dénués de contenu.

Cette absence de vision sportive de la part d’un président de club ne serait pas un problème en soi si Patrice HADDAD avait été conscient de ses carences dans ce domaine et avait laissé des techniciens travailler sereinement. Au lieu de cela, il s’est régulièrement mêlé du domaine sportif, en parasitant le travail des responsables en place. Nous n’oublions pas une réunion avec les supporters, en début de saison 2011-2012 où il demandait aux présents de suggérer le nom d’un nouvel entraineur, alors que Vincent DOUKANTIE venait de succéder à Athos BANDINI.

Pour en revenir au présent, comme indiqué à l’intersaison aux responsables du pôle sportif, les joueurs pourront compter en ce début de saison sur le soutien de la Tribune Rino Della Negra. En revanche, quels que soient les résultats sur le terrain, le départ prochain de Patrice HADDAD est indispensable pour une ambition sportive cohérente, à moyen et long terme, aussi bien pour l’équipe fanion que pour toutes les autres formations du Red Star.

Le projet sportif du Red Star, relégué au second plan par Patrice HADDAD, constitue le troisième des motifs pour lesquels sa présence au Red Star doit prendre fin.

A suivre, demain : un quatrième et dernier article poursuivant nos explications sur l’indispensable départ de Patrice HADDAD du Red Star.

Une réflexion au sujet de « Pourquoi Patrice HADDAD doit quitter le Red Star : PARTIE 3 »

  1. Très bonne analyse et de tout cœur avec vous.
    Un ancien membre du CA du Red Star. Co-fondateur de RS Emploi sous la présidence de JC Bras avec qui j’étais parfois en désaccord mais qui avait le mérite, lui, de connaître le football.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s